(Washington, DC) Ben & Jerry’s a annoncé aujourd’hui son intention d’éliminer progressivement les pailles et les ustensiles en plastique d’ici avril 2019, ainsi que les couvercles, les tasses en plastique jetable et les gobelets de café en plastique laminé. La compagnie a reconnu que pour résoudre la crise de la pollution plastique, nous devons nous éloigner de tous les plastiques à usage unique dérivés de pétrole. Ben & Jerry’s envisage de fabriquer des pailles et des cuillères en bois, disponibles sur demande.

En réaction à la nouvelle annoncée ce matin, Philippa Duchastel de Montrouge, porte-parole de la campagne Océans et Plastique de Greenpeace Canada:

« Ben & Jerry’s fait un choix important en éliminant les plastiques jetables de ses plus de 600 magasins à travers le monde. En comparaison avec d’autres entreprises qui, depuis des années, ne s’efforcent pas d’éliminer leur usage des plastiques à usage unique, Ben & Jerry’s s’est fixé des objectifs clairs à court terme pour mettre fin à sa dépendance des produits en plastique jetable. Greenpeace est d’avis comme Ben & Jerry’s que le recyclage à lui seul ne résoudra jamais la crise de la pollution plastique. L’annonce d’aujourd’hui est un excellent point de départ pour la société qui s’efforce de supprimer ses contenants de crème glacée non-recyclables et de mettre au point des systèmes de recharge et de réutilisation.

Ben & Jerry ainsi que d’autres sociétés avant-gardistes à travers le monde commencent finalement à donner la priorité à la réduction des plastiques à la source, au lieu de compter sur des mesures de recyclage supplémentaires qui permettent la production de plastique de continuer d’augmenter. Il est temps que la société mère de Ben & Jerry’s, Unilever, fasse preuve de la même urgence avec des engagements concrets délimités dans le temps pour réduire sa dépendance du plastique à usage unique. Étant donné que la pollution plastique suscite de plus en plus d’inquiétudes, il n’y a aucun doute que se débarrasser de ces plastiques à usage unique est le choix logique pour de nombreuses raisons économiques, environnementales et pour des raisons de santé publique. »

-30-

 

Pour plus d’informations:

Philippa Duchastel de Montrouge, Conseillère aux communications, Greenpeace Canada, pduchast@greenpeace.org; +1 (514) 929-8227