10 septembre 2018, Matagami, Québec – Aujourd’hui la Nation Crie de Waswanipi, accompagnées par des représentants des communautés cries environnantes et de Greenpeace Canada, manifeste au kilomètre 105 de la route Baie James pour s’opposer à l’exploitation forestière de la forêt Broadback.

«C’est dans les droits des Cris de Waswanipi de protéger leur dernière forêt intacte. De telles forêts sont d’ailleurs notre police d’assurance dans la lutte aux changements climatiques. Ce serait une erreur et une perte des plus sérieuse d’exploiter cet endroit si majestueux. Protéger la forêt Broadback devrait être une priorité absolue pour le prochain gouvernement du Québec», a déclaré Olivier Kolmel, chargé de la campagne forêt chez Greenpeace Canada, à proximité de Matagami.

La région a une signification culturelle irremplaçable pour les Cris de Waswanipi, qui ont chassé et piégé dans la région pendant d’innombrables générations. La forêt stock de grandes quantités de carbone, abrite des espèces menacées comme le caribou forestier et est une source importante d’eau potable.

La communauté tente de protéger la forêt Broadback depuis 2011. Malgré les promesses de négociation d’un accord, le gouvernement du Québec a publié cette année un plan quinquennal d’aménagement forestier intégré ouvrant la zone à l’exploitation forestière. Selon des membres de la communauté, des travaux ont récemment débuté sur une route forestière qui mène à la zone protégée proposée par les Cris de Waswanipi, déclenchant les manifestations de ce lundi.

– 30 –

Pour plus d’information, pour parler à un porte-parole présent sur place ou pour recevoir photos/vidéos de la manifestation :

Reykia Fick, Chargée de la campagne forêt, Greenpeace Canada, 819 918-0470 ou reykia.fick@greenpeace.org