Un important  rapport du GIEC met en lumière les menaces climatiques pesant sur les océans et les aires glacées de la planète

Monaco – Une mise en garde sérieuse sur l’état des océans et des aires glacées à travers le monde est attendue avec la sortie d’un important rapport de l’ONU qui démontre le besoin urgent d’adopter un traité mondial permettant une protection à grande échelle des océans. Le processus de finalisation du rapport spécial de l’ONU sur les océans et la cryosphère dans un contexte de changements climatiques (SROCC) commence demain à Monaco et le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) en fera le dévoilement le 25 septembre.

Des centaines de scientifiques internationaux de renom ont analysé les données climatiques pour produire ce rapport qui constitue l’évaluation la plus complète à ce jour des impacts actuels et futurs des changements climatiques sur les océans et la cryosphère (les zones d’eaux gelées, les zones terrestres dans les régions polaires glacées et les régions de haute montagne).

Melissa Wang, scientifique chez Greenpeace International, a déclaré:

« Nous nous attendons à ce que le rapport du GIEC confirme notre pire crainte : la crise climatique est une crise des océans. Certains des effets des changements climatiques sur les océans sont maintenant irréversibles tandis que d’autres semblent de plus en plus inévitables. 

Avec nos taux d’émissions actuels, les océans absorbent un million de tonnes de CO2 toutes les heures. Sans une augmentation rapide de nos efforts pour réduire ces émissions et sans la mise en place des mesures nécessaires à la protection des océans, les conséquences humaines, environnementales et économiques en seront dévastatrices. »

 Les océans jouent un rôle essentiel pour le maintien de la vie sur Terre. Avec les calottes glaciaires, ils régulent la température de notre planète en absorbant 90 % de la chaleur excédentaire du système. En plus d’absorber de 20 à 30 % du carbone de l’atmosphère terrestre, les océans fournissent ou régulent la majeure partie de l’eau de pluie, de l’eau potable, de la nourriture et des systèmes météorologiques de la planète.

Le rapport du GIEC évalue les changements que subit la glace dans les régions arctiques et antarctiques; l’état des glaciers, du pergélisol et de la neige en haute montagne; et l’élévation du niveau de la mer et ses conséquences pour les îles, les côtes et les communautés en faible altitude. Il examine également l’impact du réchauffement des mers et de l’acidification des océans sur les écosystèmes, la pêche et les moyens de subsistance dans différentes régions, et présente des scénarios sur la fréquence et l’intensité des tempêtes tropicales et des vagues de chaleur marine à l’avenir.

Le résumé du rapport sera négocié alors que des milliers de personnes manifesteront contre l’inaction climatique partout dans monde, réclamant des gouvernements qu’ils agissent rapidement pour faire face à l’urgence climatique. Au même moment, les chefs d’État se réuniront à New York à l’occasion d’un sommet sur le climat.

Taehyun Park, conseillère politique sur le climat de Greenpeace Asie de l’Est, a déclaré:

« Ce rapport sera un appel de plus lancé aux gouvernements pour qu’ils réagissent à l’urgence climatique MAINTENANT. Il est essentiel qu’ils augmentent leurs objectifs pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de moitié au cours de la prochaine décennie et atteignent la neutralité carbone d’ici 2050. 

Le dérèglement du climat et notre surexploitation des ressources terrestres et marines, poussent notre planète bleue au bord de l’effondrement. L’ONU doit impérativement adopter un traité mondial ambitieux sur la haute mer afin d’ouvrir la voie à la création de sanctuaires marins qui protégeront au moins 30% de nos océans des activités humaines. »

Greenpeace est un observateur accrédité auprès du GIEC. Une petite délégation assistera à la 51ième session du GIEC à Monaco du 20 au 25 septembre et participera au processus de révision finale du rapport spécial du GIEC sur les océans et la cryosphère.

-30-

Photos accessibles ici

Pour plus d’informations, veuillez contacter : 

Marie-Christine Fiset, Responsable des médias, Greenpeace Canada

mfiset@greenpeace.org; +1 514 972-6316

Patrick Fuller, conseiller en communication, Greenpeace UK  

Patrick.fuller@greenpeace.org;  +44 7377730878 (sur place à Monaco)