Être impliqué

Le 24 mars, Greenpeace a écrit au conseil d’administration de l’Initiative pour la Forêt de l’Afrique Centrale (CAFI), au sujet de son silence concernant l’attribution en janvier dernier de près de deux millions d’hectares de concessions forestières illégales en République démocratique du Congo. Nous n’avons toujours pas eu de réponse de leur part. Le conseil d’administration se réunit cette semaine par vidéoconférence.

Chère Mme Bretas,

Permettez-moi tout d’abord de présenter mes souhaits les meilleurs au Conseil d’administration en cette période de crise mondiale.

Nous vous écrivons au sujet du silence de CAFI concernant l’attribution illégale le 14 janvier dernier par le ministre de l’Environnement de la RDC de neuf contrats de concession d’exploitation forestière représentant près de deux millions d’hectares.

Comme vous le savez, à la suite d’un examen minutieux desdits contrats après leur révélation en février, la société civile environnementale de la RDC a appelé à leur annulation immédiate. Greenpeace soutient pleinement cette demande. 

A plusieurs reprises le financement de CAFI en RDC s’est montré incapable d’induire même un minimum de bonne gouvernance forestière. Au contraire, il semble avoir encouragé l’illégalité au plus haut niveau. Rappelons qu’un décaissement de CAFI de 41,2 millions de dollars au FONAREDD en octobre 2017 a été suivi par l’attribution de titres illégaux en 2018 d’un ampleur sans précédent dans l’histoire moderne de l’exploitation forestière congolaise.

Nous attendons avec impatience la déclaration publique de CAFI concernant les contrats de janvier 2020 et demandons qu’elle contienne des réponses claires et détaillées aux préoccupations suivantes:

  1. CAFI suspendra-t-elle de nouveaux décaissements au FONAREDD en attendant l’annulation de ces contrats, s’il ne l’a pas déjà fait?
  2. Quels sont précisément les décaissements prévus pour 2020 qui seraient affectés par cette suspension?
  3. Combien de fonds CAFI a été transféré au FONAREDD au cours des 12 derniers mois?
  4. Quelle part de ceux-ci a été consacrée au « Programme de Gestion Durable des Forêts » de l’AFD?
  5. Quand le CAFI publiera-t-elle un aperçu complet de l’état actuel, notamment en ce qui concerne les appels d’offres, le financement et le calendrier, de la revue de la légalité des titres évoquée dans la « Feuille de route pour le secteur forestier » convenue avec le ministère le 5 décembre dernier ?

    En avril 2019, Greenpeace a identifié 24 concessions, couvrant 4,5 millions d’hectares, qui n’ont pas respecté la date limite du 1er janvier 2019 de votre Lettre d’intention pour disposer d’un plan d’aménagement « approuvé, ou tout au moins soumis formellement et de manière transparente”dans le délai légal. Nous avions identifié 15 concessions supplémentaires, couvrant 3 millions d’hectares, qui deviendraient illégales en 2019 faute de plan d’aménagement.
  6. Lesquelles de ces 39 concessions CAFI considère-t-elle comme toujours valides ?

Merci pour votre réponse rapide à ces préoccupations.

Cordialement,

 Irène Wabiwa

[1] http://www.environews-rdc.org/2020/03/15/foret-attributions-de-9-concessions-aux-entreprises-chinoises-le-gtcr-r-hausse-le-ton/  Voir aussi https://www.greenpeace.org/africa/fr/communiques-de-presse/7387/les-concessions-forestieres-illegales-doivent-etre-urgemment-annulees-greenpeace-afrique/

[2] https://storage.googleapis.com/planet4-africa-stateless/2019/04/809bbe25-briefer-final-french-v7.pdf